Durlet

Alfredo Häberli

Né à Buenos Aires en 1964, Alfredo Häberli arrive en Suisse avec ses parents en 1977. Il étudie le design industriel à la « Höhere Schule für Gestaltung » de Zurich. Il commence à travailler pour le Museum für Gestaltung, le musée de design de Zurich en 1988, où il organise différentes expositions. Son ouvrage « far vedere l’aria » consacré au designer et artiste Italien Bruno Munari est un ouvrage de référence absolue sur cette période. En 1993, il fonde son propre studio de design, Alfredo Häberli Design Development. Depuis il a travaillé pour presque tout les fabricants importants dont Alias, Authentics, Driade, Luceplan, et la société iitala pour laquelle il a dessiné le service ligné Origo, sans doute son produit le plus connu dans le monde. Il a récemment dessiné un magasin à Paris pour la marque de chaussures Camper et une salle d’exposition pour le créateur scandinave de tissus Kvadrat.

Son travail est exposé dans des diverses expositions dans toute l’Europe. Au fil des ans, Alfredo Häberli a collectionné les récompenses pour son travail. Une monographie personnelle « Alfredo Häberli – Skteching my own Landscape » a été éditée chez Frame Publishers (Amsterdam). En octobre 2006 Häberli était l’invité d’honneur international de la vingtième biennale « Interieur » à Courtrai en Belgique. C’est dans ce contexte qu’a été publié le livre « Alfredo Häberli Design Live », et c’est lors de cette biennale que le fauteuil Spin qu’il a dessiné pour Durlet a été présenté pour la première fois.

Pour définir le travail de création de Häberli, l’architecte Claude Lichenstein a coutume de dire « design is a tool », le design est un outil. Häberli consacre une grande attention notamment aux détails. Ce n’est pas le but final d’un processus linéaire, mais commence par une question. Autrement dit, il ne peut y avoir de solution que s’il y a un problème. Le design pour le plaisir lui est étranger. « Je dois être capable d’expliquer chaque produit en trois ou quatre phrases », dit-il. C’est pourquoi sa devise est « l’observation est la plus belle forme de réflexion sur la signification de quelque chose ». Si on lui demande pourquoi ses dessins fonctionnent si bien et sont si novateurs, alors qu’il s’agit finalement que toujours d’une chaise ou d’un canapé, il répond que dessiner, c'est surtout travailler beaucoup. Il connaît également très bien l’histoire du design, ce qui lui permet de toujours essayer d’aller plus loin. Alfredo Häberli estime que les designers doivent remettre les choses en question et corriger les défauts.


Créations